Sélectionner une page

Le stockage des données pourrait atteindre 8% de la consommation d’énergie planétaire d’ici 2030

Tout le monde a lu cet avertissement. Au bas de l’e-mail, il est dit: “Veuillez tenir compte de l’environnement avant d’imprimer.” Mais pour ceux qui se soucient du réchauffement climatique, vous devriez peut-être envisager de ne pas écrire autant d’e-mails en premier lieu.

De plus en plus, les gens comptent sur leurs boîtes aux lettres électroniques pour organiser leur vie. Les anciens e-mails, photos et fichiers des années passées s’archivent automatiquement pour toujours. Cela est bien utile pour votre recherche d’un nom, d’une adresse perdue ou peut-être d’une photo d’un ancien petit ami. Le problème est que le stockage de tous ces messages nécessitent de l’énergie. Et malgré l’accent mis par l’industrie high-tech sur les énergies renouvelables, l’avènement du streaming, du cloud et de l’intelligence artificielle ne fait qu’accélérer la quantité de combustibles fossiles brûlés pour maintenir les serveurs de données opérationnels, et refroidis .

consomation energie internet

À l’heure actuelle, les centres de données consomment environ 2% de l’électricité mondiale, mais cela devrait atteindre 8% d’ici 2030. De plus, seulement 6% de toutes ces données sont encore utilisées aujourd’hui, selon une étude de Hewlett Packard Enterprise. Cela signifie que 94% se trouvent dans une vaste «cyber-décharge», qui a une empreinte carbone massive .

D’ici 2025, chaque personne connectée aura près de 5 000 interactions numériques par jour, soit une toutes les 17 secondes environ.

Croissance exponentielle
pollution numerique

Cela nous coûte en CO2  l’équivalent de l’ensemble du secteur aérien pour des données que nous n’utilisons même pas.

Ces fermes de serveurs utilisent de l’énergie vous l’utilisez d’une manière ou d’une autre mais aussi pour conserver vos données lorsque vous êtes inactif. 

Et pour ceux qui pensent benoîtement que vous effacez vos e-mails lorsque vous videz la corbeille…. De multiples copies d’e-mails vieux de dix ans sont stockées sur des serveurs du monde entier. Et l’énergie est utilisée pour les maintenir en vie.

La somme annuelle de 2018 de toutes les données mondiales était de 33 zettaoctets (33  trilliards d’octets), mais en 2025 , elle pourrait quintupler , à 175 zettaoctets, selon International Data Corp. Chaque jour, le monde produit environ 2,5 trillion octets données .

C’est un secteur où les émissions deviennent de plus en plus incontrôlables. Nous devons réduire les émissions de carbone, et ce que nous constatons dans le secteur informatique, c’est une augmentation des émissions.

En effet, les investisseurs “ecolo” ont toujours été attirés par les actions technologiques, sur la base de l’hypothèse qu’il s’agit d’une industrie à faibles émissions. Certains commencent à remettre leurs pensées en chantier.

Le problème devient trop important trop rapidement : combien de photos moisissent inutilement dans le cloud ? Une brosse à dents connectée à Internet présente-t-elle un avantage net ? Un modèle d’IA qui permet une livraison de nourriture légèrement plus rapidement vaut-il vraiment le coût énergétique ? Sachant que, l’entraînement d’un modèle d’IA émet environ autant de carbone que les émissions à vie associées à la conduite de cinq voitures, la question elle est vite répondue.

effet de serre internet serveurs

De vraies solutions peuvent exiger des pensées plus radicales

Posséder un maximum de données est peut-être vue comme un avantage surestimé dans le monde de l’entreprise. Et personne ne se pose vraiment de question.

Jusqu’à présent, la principale réponse de l’industrie de haute-technologie a été d’investir dans toujours plus d’énergie renouvelable

Les besoins en centres de données évoluent si rapidement que la plupart des entreprises ne peuvent pas suivre. Tellement d’énergie renouvelable, qu’elle a commencé à devenir un argument de vente chez Iron Mountain. Comment utiliser ces serveurs permet de réduire l’empreinte carbone des clients potentiels.

Mais finalement, il se peut qu’il n’y ait pas assez d’énergie renouvelable pour satisfaire la demande. La consommation d’électricité globale d’Iron Mountain a doublé d’année en année. 

Être conscient du problème peut aider à concentrer davantage d’entreprises sur le coût climatique du stockage. Microsoft Corp. a dévoilé ce mois -ci un calculateur de durabilité unique en son genre pour ses clients cloud afin qu’ils puissent voir les émissions générées par leur utilisation des données

«C’est une question que les clients se posent de plus en plus», déclare Brad Smith, président et directeur juridique de Microsoft. Mais en même temps, nous allons assister à une augmentation inexorable de la demande de technologie.